boule de cristal

Ça fait un moment déjà que je n’avais pas donné suite à mon journal, c’est que j’ai eu semble-t-il une rechute , rechute qui à durée quelques deux semaines et je dois avoué que c’en était une bonne. Encore une fois, je ne comprenais pas ce qui arrivait car dans ces moments-là, on ne se rend pas compte de ce qui se passe réellement. On est dans notre monde et on a du mal a prendre contact avec le monde extérieur. On a des douleurs qui surviennent a tout moment sans qu’on puisse se dire sur le moment, Oh, c’est une petite crise je crois. Alors, on essaie tant bien que mal de continuer nos activités pour se rendre compte enfin, que c’est bien ce qui se produit. Dans ce temps-là, on a tendance a se dire que tout ce qu’on a fait jusqu’ici a donc servi a rien, mais ce n’est pas le cas! Tout ce que l’on fait a un sens et est utile a quelque chose.  Mais pendant ce temps, tout semble se dérouler dans notre tête et on se perd en conjecture avant de réaliser que ce qui arrive n’est pourtant pas nouveau et que ça c’est produit tellement de fois qu’on a du mal à comprendre comment ça se fait qu’a chaque fois, on ne comprends pas ce qui arrive. A chaque fois cependant, on en ressort plus fort, pour moi en tout cas, car je commence à me connaitre quand même plutôt bien, ce qui est mieux que la plupart des gens au fond. Je n’ai pas arrêter le qigong pendant cette crise, mais je l’ai modifié bien sur. car on ne peut pas les faire de la même manière quand ça passe. Mais le résultat est là…..il est toujours là , même si on en doute pendant la crise, car aussi vite qu’elle est apparue , aussi vite elle cesse d’être , c’est tout simplement extraordinaire. C’est vraiment capoté au dond, car dimanche soir j’étais dans le pire , c’était l’enfer, je n’arrivait pas a trouvé une posture confortable que ce soit debout où assis. Tylenol extrafort toute la journée en double dose, je me couche et le lendemain matin, aussi bête que ça, c’était disparue,….. plus rien. Il semble que je sois en admiration devant la subtilité et la manière dont le syndrome opère sur moi et je pense sur les autres aussi. C’est toute une vie pour essayer de se comprendre soi-même et tenter de se faire une vie tout de même idéale et j’y arrive…. ça aiguise la patience, la compréhension, et le respect de soi tout en stimulant notre foi, bien sur, pour peu que se soit ce que l’on souhaite, car on peu déprimer,et se décourager tout dépendant de la manière qu’on le prend et l’accepte…..voilà….. l’acceptation c’est le premier pas vers la paix, le bonheur, et l’espérance et ce, malgré les douleurs, les crises, et tout le travail et le tralàla que ça implique. Sur ce, je me souhaite une bonne journée, j’ai du travail en masso qui m’attends et du travail sur moi aussi , comme toujours……toujours……touj……….ours!

J’ai toujours su que le subconscient explorait ses profondeurs lorsque nous dormons. Il est une bibliothèque infini de savoir et de connaissance sur lequel on peut puiser à l’infini. C’est pourquoi la méditation est si importante, car dans le silence et le calme intérieur, le subconscient se manifeste librement sans l’entrave de notre égo et c’est pourquoi aussi Jésus et bien des grands également, on dit : que ta vie soit une prière….. il ne voulait pas dire de faire des je vous salue Marie toute la journée, il voulait dire, dans tout ce que tu fais , fais-le en méditant. Tu manges alors mange, tu marche alors marche, ne fais pas autre chose.

Je parle de cela car ce matin, comme tous les jours depuis 7 mois, je me suis réveillé à 6 hres et j’ai une comme une illumination. Mon neurologue m’a dit lorsque je suis allé la voir et que je lui ai expliquée ce que je faisais comme entraînements, de faire très attention que la polio, où plutôt le syndrome post-polio était traître. Je n’ai pas compris tout à fait ce qu’elle me dit , car c’est sur que je fais attention ; je ne peux pas faire autrement! Alors, ça m’a trotter dans la tête jusqu’à ce matin. Quand j’ai eu la polio j’avais 6 mois et mon  corps en entier a été paralysé pendant une semaine. Par la suit je me suis remis lentement. Ça veut dire, ça, que mon système nerveux et tous mes neurones, on été atteint et plusieurs sont détruits et ce qui arrive avec le système nerveux dans ce cas là, c’est qu’il agit comme un arbre et il se greffe après les autres neurones présents des neurones temporaires, comme des branches qui pousse dans les arbres. C’est ce qui m’a permis de faire tant bien que mal ma vie et de travailler quasi normalement. Mais, voilà, personne ne connaissait vraiment les symptômes de la polio et surtout pas ce qui se passerait ensuite. Comme c’était un virus, on s’est dit que c’était terminé ensuite, qu’on en entendrait plus parler, mais c’était une grave erreur  et elle s’est propagée pendant longtemps de sorte que quand j’ai eu toute sorte de symptômes bizarres et mes crises, on ne su pas ce que j’avais et je n’ai jamais été informé des conséquences de mes dépenses d’énergie à long terme sur ma vie. Hélas, voilà ce que la neurologue voulait me dire. De faire attention car les neurones qui donne un genre d’énergie supplémentaire est temporaire; que la surcharge de travail et dépenses d’énergie, détruit ses neurones et on se retrouve à plat et on ne se relève plus. Voilà la puissance du subconscient où de notre petite voix intérieure qui nous guide et nous enseigne lorsqu’on la laisse s’exprimer et qu’on lui est attentif. Et cela s’applique même à ceux que l’on dit normal. C’est une grave erreur de croire qu’il faille dépenser de l’énergie et la plupart des méthodes d’entraînements de nos jours vont dans ce sens; il faut emmagasiner l’énergie et la contrôler efficacement et ça l’orient l’a compris depuis des millénaires et c’est pourquoi le Qigong et la méditation et les exercices avec l’énergie que je fais a tant d’influence positive sur moi et oui, il faut que je fasse très attention c’est ce qui se produit surement les fois où je me lève détraqué sans trop savoir pourquoi. Maintenant, je sais et c’est une certitude. Je remercie de tout coeur, la puissance extraordinaire de mon subconscient et tout le travail que j’ai fait jusqu’ici qui me permet d’en être plus facilement conscient. Merci la vie, où toutes les vie que j’ai vécues avant…..

Ce matin, donc , j’ai fait mon travail quotidien et c’est une superbe journée malgré la neige qui nous tombe encore dessus.

(suite a venir)

 

Deux bonnes semaines se sont écoulées depuis mon dernier journal. J’ai eu beaucoup de travail à faire sur moi, physiquement , mais aussi en recherche, car il y avait des matins , où des jours que ça allait plutôt mal, rejetant le doute, si peux soit-il dans mon esprit; mais seulement l’espace d’un bref instant, car il n’est pas dans ma nature de me mettre a douter après avoir pris une décision finale sur un projet. J’ai toujours fonctionner ainsi et je dois dire que ça m’a sourit. Mais je ne devrais pas dire les choses comme ça, car les projets aboutissent toujours de cette manière; c’est à dire, sans qu’il n’y est de doute en lui, c’est la loi de toute réussite. Aussitôt le doute installer, on est mieux d’oublier notre projet et recommencer à zéro. Et ceci est tout aussi vrai lorsque l’on prie; quand on demander quelque chose que ce soit à l’univers, où a Dieu, où encore à la puissance de notre subconscient, si on veut la réussite et la réalisation complète dans le plan matériel de notre prière où projet, il ne faut jamais douter un seul instant. Et le plus grand de mes modèles nous l’a enseigné déjà lorsqu’il a dit: lorsque vous priez, croyez que vous l’avez déjà reçu et vous le verrez s’accomplir et je l’ai toujours retenu et , plus important, ça marche.

Donc, je disais que j’ai eu a réfléchir et remettre en question mes entraînements.  Mais j’ai vite compris que ce n’était pas le problème, le problème c’est que j’ai compris que le travail commençait tout bonnement à se faire et tout travail sur nous même implique forcément des bouleversement dans le corps et les parties en causes. En plus, je suis aller voir la neurologue à Montréal et elle a été agréablement surprises et elle aussi se demandait bien, et à moi aussi, ce que j’avais bien pu faire pour un tel changement. elle m’a bien sur, mis en garde et de faire très attention car le syndrome post-polio est sournois et hypocrite, et peut s’avérer très dangereux si on n’y prend garde. Elle m’a même conseillée de prendre une canne pour marcher dans la maison, car je n’en prenais pas et je crois bien qu’elle a raison, le secret dans tout évolution est d’être prudent et sécuritaire, ce que je ne suis pas toujours. Enfin, ces jours-ci, tout semble aller pour le mieux, Je n’ai presque pas de douleurs à la cheville et j’apprends a marcher et me comprendre de plus en plus. Mon Dieu, que ce n’est pas facile. Mon neurologue avait une stagiaire avec elle quand j’y suis allé et je lui ai dit que dans le syndrome ce qu’il y avait de plus difficile, c’était de se connaître et d’anticiper nos réactions face à la vie de tous les jours. D’ailleurs, dans tous les cas, le plus difficile est de se connaître un point c’est tout.

Enfin, j’en profite et je prends de bonnes marche dehors tous les jours, je dois admettre que j’ai hâte que la température se réchauffe un peu. Elle a besoin , je crois, d’entraînements elle aussi. J’en suis à 4 hres et demi de travail quotidien, il n’y a que le dimanche que j’en fais un peu moins, mais je fais quand même , les principales. Le reste du temps, je travaille la patience et le contrôle….

(journal de bord du capitaine, suite a venir)

Deux autres journées qui se sont écoulées. Hier ce n’était pas un très bon jour, mais j’ai quand même réussi a faire cette journée. J’ai débuté par les 18 exercices du Tai chuan Qigong, ensuite, 25 minutes de méditation, 30 min, de marche et de jogging sur place, 30 min, en position de l’arbre et méditation en même temps, c’est ce qu’il y a de mieux, et ensuite, dans l’après-midi, entrainement a marcher dehors pendant 30 min . environ. C’est quand même pas mal étant donné la manière que cette journée s’annonçait C’était comme si ma cheville et mon mollet, avaient travaillés comme des débiles toute la journée de la veille en entrainement de toutes sortes et  pourtant , j’avais décidé de me reposer et d’en faire le moins possible. Comme de quoi ce que l’on fait ne dépend pas toujours de la condition qui en résultera.

Aujourd’hui, j’ai essayé autre chose! J’ai remis des espadrilles que je n’avais pas portés depuis 11ans au moins, des Merrell. Pas d’élévation dedans, car je me suis dit, j’ai marché toute ma vie avec une jambe plus petite et plus courte que l’autre et ma colonne vertébrale avait surement pris le plis depuis tout ce temps. Je me suis toujours dit que le fait de monter une semelle pour avoir les deux jambes égales devait forcément forcé sur le bas de mon dos étant donné qu’il n’a jamais été dans la fonction que je lui demandais dans le présent. Alors, j’ai des doutes, ce matin je suis   alle marcher dehors avec mes béquilles bien sur, et ça a super bien été; je ne dis pas que je n’aurai pas mal au dos un peu ce soir, et même beaucoup, mais c’est normal et je vais voir ce que ça donne. De plus, j’ai pris la posture de l’arbre pendant une demi-heure ce midi et là aussi, ça été correct. D’ailleurs, mon orthopédiste qui m’a opéré ne m’a jamais stipulé que je devais porter une orthèse, une élévation et tout; il ne m’a rien dit, ce n’étais peut-être pas correct de sa part, mais si il n’en voyait pas l’utilité étant donné mes dix-huit ans passés  marcher comme ça hummmm? Bonne question auquel je m’attends a des réponses prochainement.

Enfin, je crois que je peux me dire maintenant, que j’avance et que je peux entrevoir dans un avenir quelconque, une amélioration subséquente remarquable et couronner le travail d’une vie. Je suis un peu fatigué aujourd’hui mais tout de même satisfait de la tournure des événements. Il y des docs, qui risquent d’être surpris au point de ne pas y croire j’imagine bien.

Mais tout n’est pas si simple bien sur, et je me rends compte que la polio où plutôt ses séquelles ne laissent pas évincer comme ça aussi facilement. Elles me laissera toujours ses effets marquants digne de son syndrome, et je sais que je dois faire avec , mais pour le moment, ça va. Alors, je continue.

(suite a venir)

4bcf9c887a9c2145ac939d34426df7ab

Ce matin je me suis levé avec un puissant sentiment de bien-être, un sentiment d’une extrême puissance qui emplie tout mon être; Le sentiment d’avoir repris ma vie en main. Quel feeling! Comme je l’ai dit , depuis 2007 , lorsque je me suis écroulé de toutes mes années passées, et retrouvé en fauteuil, pris soudainement de panique, je m’en suis remis entre les mains des médecins et du système merveilleux système médical. Moi qui me suis toujours fié à moi dans ce domaine et j’ai toujours dit qu’il n’y avait personne qui nous connaissait mieux que nous-mêmes. Et je l’enseignais aux autres également, mais pendant toutes ces dernières années j’avais l’impression de tromper mon monde, mais plus encore , de me tromper moi-même et tout ce que j’avais été . Les fondements du choix de mes cours en naturopathie et massothérapie, et mon centre de thérapie, bref tout ce qui me représentait et qui faisait que j’étais moi! Et ce matin, ce sentiment extrêmement fort , puissant, merveilleux, cet impression de renaître à la vie, avec un soleil radieux, qui plus est, j’ai eu la certitude de reprendre ma vie en main; …. je suis le maître de ma vie, de ma destiné , et j’ai la certitude de réaliser exactement tout ce que j’entreprend et je suis en train de réaliser le plus gros contrat de toute mon existence, de reprendre une forme physique exemplaire, non pas bien sur, de faire un miracle,même si s’en est un , en un sens. Chaque travail qu’on effectue sur soi, est un miracle en soi et c’est tellement merveilleux de s’en rendre compte. Eh bien ce matin, c’est ce qui s’est produit; un miracle de la vie; celui de reprendre ce que j’avais perdu, le contrôle de ma vie. Là , ce ne peut faire autrement que d’avancer. J’ai toujours dit que l’handicap dans presque tous les cas, était un énorme avantage sur ceux qui n’en ont soi-disant pas; Soi-disant car l’avantage que nous avons, est justement , bien souvent, un handicap pour beaucoup. Celui de prendre beaucoup plus facilement conscience de notre existence et l’importance de la vie que les autres n’ont pas nécessairement. Et c’est un merveilleux pouvoir à qui peut le reconnaître et le mettre en pratique et cela fait parti de ce même sentiment que j’avais ce matin. J’ai l’impression qu’un jour nouveau, encore un, vient de naître. Je n’abandonnerai plus jamais ce contrôle de moi, c’est trop fantastique. Voilà, un moment magique de l’existence, qui arrive malheureusement pas assez souvent dans la vie. Surtout par manque de prise de conscience de notre existence trop empêtrée dans les soucis de la vie. Une tranche de vie. ……

(suite a venir.)

3b42dd4ed831cfb4ed915a9ff1911b9e

J’ai toujours fait confiance avec une foi absolue, en ma puissance intérieur, et un matin, en me réveillant, j’ai eu une inspiration que je me suis empressé de mettre en pratique aussitôt après avoir fait tout mes autres travaux habituels. Cela fait parti de toute façon du Qigong et en est même la base, mais je ne l’avais pas mis en pratique encore et je pense que pour mon cas, elle est d’importance capitale et je n’ai pas eu longtemps avant de m’en apercevoir.

Alors, après avoir fait tous mes simagrées, je me plaçais en position debout; pour se faire, on doit se placer les pieds à la largeur des épaules, les genoux légèrement pliés, le dos droit en prenant soin de ne pas courber les reins trop vers l’avant de sorte de former un arc exagéré contrairement au zazen forme tibétaine de méditation zen. La tête est en suspend comme sur un pivot et là, on place les deux mains devant la poitrine, les coudes légèrement décollés du corps les doigts se touchant presque et on tiens la pause 10, 15, où 30 minutes et on augmente progressivement histoire de former notre concentration, notre patience, notre endurance et tout……Oufffff, je voulais, ou plutôt croyais pouvoir tenir au moins 30 minutes…….merde…..je vous ai dit que c’était la base du Qigong, et c’était vrai. Lorsqu’on rencontre un maître et qu’on lui demande de nous enseigner le Qigong, il peut nous demander sans ajouter autre chose, de nous tenir de la sorte  droit et lui, pendant ce temps , il peut partir pendant x temps, de cette manière il nous fait découvrir ce qu’est le Qigong et la mentalité qu’il faut pour le pratiquer. Cette posture s’appelle L’ARBRE, et c’est une des figures les plus importantes du Qigong, du Tai-Chi, et des arts martiaux en général .

Je débutai donc à 15 minutes le matin, mais je me suis promis d’en faire 15 de plus le midi, et merde c’est extraordinaire. J’avais mal en dessous des pieds, c’est normal après dix ans en fauteuil, les petits pieds sont tout doux, tout doux. IL faut endurcir  ça en plus. Les cuisses, le bas du dos, le cou, ne donnent pas leur place non plus. Se tenir debout, prend tout son sens. Et un coup habitué, notre posture s’en trouve amélioré et confortable. Mes petites douleurs sont là, mais c’est la cas de le dire, on marche dessus et ça va aller. Je ne le cris pas sur les toits, mais je sens une transformation qui s’effectue. Je ne sais pas où ça va me mener , mais je suis la route, on verra bien. Et je croise les doigts…..eux ils sont corrects. 

(suite a venir)

5b

Comme je l’ai dit déjà, on se lève un matin et nos jambes se foutent totalement de nous. Bon, on se dit alors, demain ça va être bon, surement, mais il faut quand même que la journée se fasse. Chaque jour, inlassablement je m’acharne à travailler ma cheville, il me semble que si ce n’était d’elle, je pourrais vivre confortablement comme ça. Je ne sais pas si il va y avoir une limite au résultat sur le travail que je fais sur elle, mais j’ai tout de même le sentiment que ça va finir par aller. Ma visualisation est telle qu’elle ne laisse pas de place aux douleurs où aux ennuis si minime soient-ils. Alors, douleurs où pas, impressions que mon pieds se détache complètement de mon tibia où pas, je continue, Donc, faisant parti intégrante de mon programme, j’ai dit que je faisais de la marche sur place; j’ai fait cet exercice pendant deux grosses semaines en augmentant toujours la durée de l’événement, puis , un matin, un lundi, je décidai de commencé où essayé le jogging sur place… Merde….j’étais capable. Je parvenais à maintenir une cadence près du 10k heures pendant 10 minutes pendant la première semaine. J’essayais de me forcer a placer ma cheville de la bonne manière des la départ, ce qui m’évitait le plus souvent de ressentir de la douleur où encore de l’inconfort. En plus , ça me permettais d’accomplir un peu de cardio. Car ne me servant plus beaucoup de mon fauteuil, de plus avec l’hiver qu’on avait, je n’avais plus de possibilité de faire du cardio. Le problème était donc réglé. j’ai travaillé pas mal à ce rythme progressivement tous les jours, et je suis présentement à 31 minutes sans arrête et ça va super bien; mais, je suis toujours incapable de marcher sans béquilles, Je peux me servir d’un canne sur une courte distance mais si je veux me promener dehors, je dois prendre les béquilles et je ne comprend toujours pas. C’est choquant, me dites-vous? Vous avez raison. Mais je continue tout de même et je vais en trouver la raison. Mettons que j’ai eu a découvrir tellement d’autres choses, je ne vois pas pourquoi il en serait autrement pour la marche. Pendant ce temps, je muscles à l’aide d’exercices tous les jour ma cheville dans tous les sens. Je sens un fourmillement dans mes orteils , mais elles ne semblent pas vouloir bouger encore. C’est étrange comme feeling car on dirait en moi et dans mon système nerveux qu’elles bougent. J’ai hâte d’en parler à ma neurologue. Je crois qu’elle va être très surprise. Enfin, pour le moment , je tente de finir la journée avec mes tites douleurs et j’ai pas mal tout fait le travail que j’avais a faire aujourd’hui . Il ne reste plus qu’une belle méditation, très importante pour le développement de l’affaire. Tout devient tellement plus clair. Allez….technique de respiration, visualisation et méditation tout court……

(demain est un autre jour.)

boule de cristal

Bien sur, un travail sur soi n’est jamais facile, mais il y a des journées où je me lève, après une nuit plutôt mouvementé, et de nouvelles douleurs sont apparues sans que je ne sache aucunement d’où elles peuvent provenir et la raison pour laquelle elles sont là; et là, je me dis: bon, bin tu vas faire avec mon ptit, t’en a vu d’autres et douleurs où pas j’ai mon projet et il me tient à coeur. Je met donc toute ma volonté en marche, je prends mon premier café, et là assis le mieux possible, je vérifie mes réseaux sociaux, salue Marc mon cousin, pour tous les cafés matinaux qu’ils nous offre gentiment, et là on dirait que ça se calme un peu…..Illusion…. mais un peu tout de même, assez pour me conditionner à me lever et commencer pas un bon warmup qigongnien,( je viens de l’inventer il n’est pas encore dans le dictionnaire, mais bon….), et ensuite, j’entame le premier Qigong de la journée histoire de rétablir l’énergie et de mettre tous mes muscles et organes à leur endroits respectifs, ce qui n’est pas une mince tâche. Je me repose un peu , puis je fais une grande méditation histoire de me centrer avec moi-même et tout l’univers, puis là je décide de commencer à faire de la marche sur place, oui, car je trouvais que le vélo stationnaire était bon pour mon cardio, mais pas principalement pour atteindre mon but qui est de muscler et de travailler ma cheville et tous les muscles paresseux et (morts) de ma jambe. Le but étant de les ressusciter , vous voyez le travail, bin c’est ça la foi et la volonté. Mais passons….. Les débuts furent évidemment, étrange; je commençai par 5 minutes tout en me concentrant sur la manière de poser mon pied et aussitôt que je ressentais une douleur, je corrigeais le tir, autrement dit, je réapprend a marcher comme un beau petit bébé….C’est au fond ce qui me permet de renaître et de garder mon éternel air de jeunesse……( c’est une farce, un peu d’humour j’en ai vraiment besoin pendant ce périple….), et je m’aperçois que ça ne va pas trop mal. Après cela, je m’essaie dehors de marcher normalement, normalement dans mon cas seulement, et je constate que ce n’est pas la même histoire.J’avais essayé avec seulement une canne, puis deux , mais non, ce n’est pas ça…il me fallait mes béquille canadienne où québécoise je ne sais plus trôp. Ailleurs ils les appellent au nom de leur pays, alors je dirai québécoise,  et je tente de comprendre ce qu’il peut y avoir de différent avec ma marche sur place qui se déroule comme un charme. Encore du travail de réflexion à faire , comme si je n’en avais pas assez comme ça. Mais ça fait maintenant parti de ma job, on ne fait pas toujours ce que l’on aime , non? Alors c’est assez pour aujourd’hui; arrête de mémérer et va réflechir un peu, où mieux encore, essaie , vu que tu es encore un bébé, de marcher à quatre pattes et de te lever doucement, prend ton temps tu as toute ta vie pour le faire………

(suite à venir, j’ai du travail…) lol.

WIN_20170326_15_02_48_Pro

(suite)

Entre-temps j’avais commencé a faire du vélo stationnaire et je me débrouillais très bien je trouve. Puis , au début du mois de septembre, je décidai de prendre le vélo à Annie, et de m’essayer; j’avais beaucoup moins de douleurs au dos qu’avec mon vélo à mains. Ce fut donc réglé pour le vélo. les lumières qui se fit à mon esprit étaient que si ce n’était pas les os comme on l’avait pensé depuis tout ce temps, il fallait donc que ce soit les muscles et là, j’ai dit à mon orthésiste que j’abandonnais mon orthèse tibiale pour laisser libre cour à ma cheville et je puisque je lui avait demandée de monter ma semelle à 1 po plus haut que l’autre, et que le physiatre avait dit 5/8 po. je lui fit donc redescendre à 5/8, et je démarrais l’entrainement dans le but de renforcer mes muscle car l’orthopédiste m’avait volé le muscle de mon deuxième orteil pour l’enrouler autour de ma cheville afin de pouvoir lui faire faire une petite articulation; c’était nouveau comme opération et bien penser. Mais voilà, étant un muscle de l’orteil, c’est beaucoup plus difficile en renforcer car il n’y a qu’un seul muscle tandis que normalement il y en a tout un groupe en plus des orteils qui aide aussi. Alors c’est un travail permanent et ardu et qui est très souffrant mais just too bad, on continue et jusqu’à maintenant c’est pas trop mal, mais mon Dieu tout le travail interne que ça demande c’est incroyable et inimaginable. Il faut que je pense continuellement à la manière que je vais poser le pied pour marcher, me coucher, tourner, et en plus je dois continuellement penser à ce que je pourrais faire pour corriger telle habitude afin de faire moins de tension , d’effort, et d’appui sécuritaire. De plus je dois toujours, quand je fais mes exercices, être extrêmement attentif à ce que je fais car la plupart des muscles sont atrophiés où inexistant, alors là , ce qui rentre en ligne de compte, c’est le travail de l’esprit et c’est celui , je crois, qui demande le plus d’énergie. Il est très épuisant et demande une foi absolue dans ce que je fais. Mais avec l’esprit et la volonté, c’est épeurant ce que j’arrive à faire; j’ai hâte de voir si il y aura des limites, mais le travail se poursuit et demain, j’ai encore un rendez-vous avec mon orthésiste bien-aimée. Chaque seconde , même en dormant et je me réveille chaque nuit vers 3hres, et ça me trotte dans la tête. Si j’étais payé pour ce travail continuel je serais riche …..

(suite a venir).

14017882_1219233981452477_996200491_n

Donc, après mures méditation, j’entrepris de commencer à faire mon Qigong à chaque jour de ma vie; religieusement. J’adaptai toutes les sortes de Qigong à la position assis, et débutai mon retour à la vie et ma renaissance.

Dès les deux premières semaines j’observais des résultats plus que méritoires et dignes d’êtres mentionnés. Mon énergie était grandement amélioré et je ressentais moins de fatigue dans l’après-midi, mon moral se portait mieux quoiqu’il n’a jamais été affecté. Je suis chanceux, car d’un coté, je ne vois jamais de cotés négatifs au chose où au moment, il y a toujours une leçon à recevoir de toute façon. Je ne parlai à personne, même pas à Annie des résultats et des changements que j’observais et je ne parlais même pas que je m’étais remis au Qigong. Tout ça était donc bien joli, sauf qu’il fallait que je trouve le moyen maintenant, de marcher; il fallait que le changement soit presque total. Donc je communiquais avec mon orthésiste, qui soit dit en passant, est extraordinaire, et on entrepris de trouver l’accessoire parfait pour que mon pied puisse espérer se mouvoir le mieux possible . On décidait donc d’opter pour une botte de marche comme sur la photo ci-dessus, et j’entrepris, de retour chez-moi, de commencer a marcher. Pendant deux bonnes semaines ce fut le bonheur totale; je croyais avoir enfin, après 41 ans d’attente et de souffrance, trouver ce qu’il fallait pour marcher. Je me sers de béquilles, mais on s’en fout .

Mais le bonheur ne dura pas…. Après ces deux semaines de joie intense, les douleurs ont recommencées et je ne pouvais même plus endurer la botte. Amère déception, mais je ne me décourage pas facilement. Encore une rencontre avec mon orthésiste, il y en a eu tellement par la suite, on a donc décider de refaire une orthèse tibiale sur mesure. Même résultat! après deux semaine et peut-être moins, les douleurs revenaient de plus belles. Il faut dire qu’elles sont attachées à moi et avec les années , comme Moustaki avec sa solitude, je m’en suis fait presque des amies. En tout cas j’ai décidé , très jeune, de les acceptées si ne ne pouvais m’en défaire. Eh bien, après mure réflexions, on décidait d’envelopper complètement ma cheville avec une orthèse spéciale; un peu comme un plâtre, car on croyait qu’il fallait immobiliser complètement la cheville. Nan, nan, nannnn. C’était pire encore, de plus, après seulement une heure, ma jambe enflait et c’était douloureux en ta…. Pendant ce temps, je continuais mon Qigong et de ce coté, ça allait rudement bien. J’ai cessé complètement les relaxants musculaires et je n’ai plus eu aucun spasmes depuis le moi d’août. Cela faisant dix ans qu’ a tous les soirs en me couchant j’avais pour au moins dix minutes de spasmes continuels. Après avoir réfléchi longtemps à ma situation et analysé le pour et le contre , j’ai même pensé reprendre le fauteuil roulant, mais je l’aurais vu comme une défaite. Alors, je me suis dit: on m’a laissé entendre que  l’orthopédiste avait raté son opération, mais je me dit, tout d’un coup qu’il ne l’a pas manqué. Car c’était quand même une sommité à l’hôpital du Sacré Coeur de MOntréal, et si quand il m’a enlevé le plâtre il s’était aperçu que quelque chose n’allait pas , il ne m’aurait certainement pas laissé partir comme ça….c’est un non sens. De plus, il a dit quand il a vu examiné mon pied, que c’était merveilleusement bien réussi. C’est ce qu’Il a dit. Et je le crois…..A partir de cette réflexion, une lumière c’est allumée en moi….

(suite à venir)